LE RÉSEAU ESPÉRANCE BANLIEUES

Sous l’impulsion d’Eric Mestrallet, entrepreneur, la fondation Espérance Banlieues a vu le jour en 2012. Elle développe un modèle d’école adapté aux quartiers marqués par la précarité économique et sociale et tentés par le repli communautaire.

Ce modèle a été élaboré à l’école pilote Alexandre Dumas de Montfermeil, première école du réseau, ouverte en 2012. A sa suite, des écoles se créent partout en France. Ces établissements indépendants les uns des autres, accompagnés par Espérance Banlieues, constituent le « réseau Espérance Banlieues »

 

Le constat

Le système éducatif français est l’un des plus discriminants des pays de l’OCDE selon l’origine sociale* :

  • Les élèves des milieux défavorisés ont quatre fois plus de risque d’être en difficulté scolaire.
  • Seuls 2% des élèves issus de ces milieux se classent parmi les meilleurs.
  • Des scores encore plus faibles pour les enfants issus de l’immigration.
  • Dans les zones urbaines sensibles, plus de la moitié des jeunes ne maîtrisent pas les fondamentaux à la sortie du collège.

Par ailleurs, on observe un défaut d’identification à la nationalité française et à la communauté nationale : ainsi, en début d’année scolaire, moins de la moitié des nouveaux élèves de nos écoles se reconnaissent français alors qu’ils sont de nationalité française.
*rapports PISA 2012 et 2015

le-constat-systeme-scolaire-discriminant.
Des convictions fortes esperance banlieues

Des convictions fortes

  • L’accession à la connaissance permet de lutter contre les inégalités
  • L’école est un lieu privilégié d’apprentissage de la relation aux autres
  • Les enfants des banlieues ont besoin de repères dans la culture française pour pouvoir s’y enraciner et trouver leur place.

Une mission ambitieuse

Espérance Banlieues a pour objectif d’accompagner les écoles du réseau en vue de :

  • Favoriser l’accès de tous les enfants des quartiers à une instruction de qualité et les préparer à la réussite, en premier lieu scolaire, puis à terme professionnelle
  • Transmettre la connaissance et l’amour de la culture française pour développer le sentiment d’appartenance à la communauté nationale, l’expérience de la fraternité, et le désir d’agir pour le bien commun.

L’association nationale encourage ainsi les porteurs de projets d’école sur le plan technique et financier. Il soutient les écoles dans leurs besoins respectifs, tout en leur laissant une grande indépendance pour pouvoir s’adapter à la réalité et aux spécificités de leur environnement.

Une mission ambitieuse cours la cordee Roubaix
Carte Décembre 2017 esperance banlieues

Un réseau en fort développement

Créé en 2012, le réseau Espérance Banlieues compte aujourd’hui 11 écoles et bientôt 17, réparties sur tout le territoire.
Convaincues de la pertinence de ce projet éducatif, de nombreuses communes ont formulé une demande d’ouverture auprès d’Espérance Banlieues. La création de nouvelles écoles nécessite à la fois une équipe solide d’acteurs locaux pour les porter et des dons suffisants pour les soutenir financièrement

Démarche qualité et évaluation

Le Cours La Cordée étudie la mise en place d’indicateurs quantitatifs et qualitatifs pour mesurer l’impact académique, éducatif et social de son action auprès ses élèves et de leurs familles. Cette réflexion se fait en collaboration avec toutes les écoles  Espérance Banlieues.

Harry Roselmack et eric mestrallet

Ils soutiennent la fondation

Eric Mestrallet, Président du Réseau Espérance Banlieues
Harry Roselmack, Journaliste – Animateur et parrain du Cours Alexandre Dumas, école de la Fondation Espérance Banlieues.
Mélissa Theuriau, Jamel Debbouze, Alexandre Jardin, Patrick Poivre d’Arvor, Jean-Marie Petitclerc, Nordine Hachemi, Malik Bezouh, Yazid Chir, Houda Benyamina, Hélène Sy, Andreas Schleicher, Nadia Remadna, Serge Betsen, Jean-Louis Borloo