Les Républicains, 2 décembre 2015 : Communiqué de presse : Les Républicains : Rapport sur la mixité sociale : des propositions qui décoiffent

Les députés Rudy SALLES (UDI) et Yves DURAND (socialiste) viennent de rendre leur rapport sur la
mixité sociale dans les établissements scolaires.
Comme la députée Annie GENEVARD, ils ont regretté que la ministre, Najat VALLAUD-BELKACEM,
n’ait pas attendu les préconisations de ce rapport pour lancer ce sujet sensible et faire ses premières propositions il y a quelques semaines. C’est véritablement faire les choses à l’envers et d’une certaine façon faire bien peu de cas du travail parlementaire.
Sur le constat chiffré de la ségrégation scolaire, la députée a relativisé rappelant que la ségrégation concernait un collège sur cent et un élève sur dix, particulièrement dans les zones urbaines. Au moment de la réforme du collège, les Républicains avaient rappelé que la suppression des filières d’excellence était préjudiciable aux établissements de REP en faisant fuir certains élèves.
Le député socialiste a reconnu que les classes bilangues ou les sections européennes, imprudemment
supprimées par la ministre, avaient permis aussi de lutter contre la ségrégation en maintenant les classes moyennes dans des établissements défavorisés.
De même ont-ils reconnu que la mixité n’était pas une fin en soi et que l’important était la réussite
de l’élève. Annie GENEVARD a donné d’ailleurs l’exemple de la Fondation Espérance Banlieues. Dans ses écoles, comme le Cours Alexandre Dumas, pas de mixité sociale. Tous les élèves dont beaucoup sont issus de familles d’origine étrangère, sont de milieux défavorisés et en grande difficulté scolaire.
Et pourtant la réussite de ces écoles est remarquable et saluée par des élus de tout bord. Preuve que les méthodes pédagogiques, l’état d’esprit, l’engagement des équipes… peuvent, dans des établissements qualifiés de ségrégués, garantir la réussite scolaire.
Dans ce rapport, des propositions intéressantes méritent qu’on y regarde de près : mettre en place une véritable gestion des ressources humaines, évaluer les établissements, redéfinir le temps de travail des enseignants, soutenir la création d’établissements privés dans les milieux défavorisés, organiser une offre pédagogique d’excellence dans les établissements évités, fermer les établissements ghettos souvent dégradés….Ce sont là des pistes dont on ne sait pas si la ministre aura le courage de les explorer.
D’autres en revanche risquent fort d’être âprement débattues comme la diminution des moyens aux
établissements privés qui ne respecteraient pas les objectifs de mixité ou encore l’affectation des
élèves en fonction du diplôme des parents.

Source : Communiqué de presse Les Républicains du 2 décembre 2015 par Annie Genevard

Voir/Télécharger l’article original ici (doc .pdf)
Articles liés
0 commentaire

Laisser un commentaire